Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Crossac Photos
  • Crossac Photos
  • : Crossac en photos ( passé et le présent + quelques résultats de sport ) ( petite commune de Loire Atlantique )
  • Contact

Recherche

28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 00:27

Station d'épuration : « Un procédé très respectueux de la nature »

Crossac article de presse du 28 juin 2016

Samedi, Véronique Moyon, maire de Crossac, a accueilli, entourée de son conseil municipal, Marie-Hélène Valente, la sous-préfète de Saint-Nazaire ; Christophe Priou, député, et les maires de la communauté des communes de Pontchâteau - Saint-Gildas-des-Bois, devant la toute nouvelle station d'épuration mise en service en juillet 2015.

« La commune a décidé la construction d'une nouvelle station d'épuration, en remplacement de celle existante, qui ne permettait plus de répondre aux besoins de la commune. Il s'agissait d'une station de type lagunage aéré, prévu pour 600 équivalents habitants, mise en service en 1998. En raison de la réglementation (traitement phosphore, nitrates), il y avait nécessité de construire une nouvelle station », a d'abord expliqué Véronique Moyon.

Elle a été édifiée sur un site vierge, dans un environnement naturel de type « bocage », situé à proximité de l'ancienne station, qui a été démantelée. Montant total de l'opération (y compris études, maîtrise d'oeuvre) : 1 080 589,09 €. Volume traité : 225 m3 par jour. Débit de pointe d'eaux usées : 30 m3 par heure.

« La charge reçue par l'ancienne station était estimée à 800 équivalents habitants en pointe. La nouvelle a été dimensionnée pour 1 500 équivalents habitants. Il s'agit d'une station de type boues activées en aération prolongée, avec un traitement végétal des boues, basé sur le principe d'une déshydratation sur lits de séchage plantés de roseaux », a ajouté Véronique Moyon.

Alain Bernard, de Véolia, et par Aurélien Ponroy, de la Nantaise des Eaux, ont expliqué les sept étapes pour épurer les eaux usées : poste de relevage de tête, prétraitements, bassin d'anaérobie(traitement biologique du phosphore), bassin d'aération

(traitement biologique de l'azote et du carbone), clarification, séparation et traitement des boues, local d'exploitation.

« Pour des communes situées près des marais de Brière, des normes importantes ont dû être respectées », a détaillé Véronique Moyon. Marie-Hélène Valente a conclu : « Les gens veulent vivre à la campagne avec les services publics de la ville. C'est un procédé très respectueux de la nature. Mission accomplie avec maestria. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires